Santé publique

Dans quels cas utiliser les tests antigéniques ? Les recommandations de la HAS


par URPS Chirurgiens-dentistes Nouvelle aquitaine -

Les tests rapides antigéniques (TRA) peuvent désormais être réalisés les chirurgiens-dentistes… Néanmoins, ces tests sont un peu moins sensibles que les tests RT-PCR. Leur utilisation est alors définie par la Haute Autorité de Santé (HAS) pour certaines situations cliniques.

Aujourd’hui en France, le test RT-PCR sur prélèvement nasopharyngé reste le test de référence dans la détection du virus SARS-CoV-2. Toutefois, face à la situation épidémique, les tests antigéniques constituent un outil supplémentaire pour réduire les chaînes de transmission virale. Ceux répondant aux critères de la HAS sont un peu moins sensibles que les tests RT-PCR, mais sont quasiment aussi spécifiques. Avec un résultat disponible en 15 à 30 minutes, les tests antigéniques permettent la mise en œuvre sans délai des mesures d’isolement.

Stratégie de recours aux tests antigéniques : pour les patients symptomatiques

La HAS recommande l’utilisation des tests antigéniques uniquement s’il n’y a pas de possibilité d’obtenir un résultat d’examen par RT-PCR dans un délai de 48h et dans les 4 premiers jours après l’apparition des symptômes. En cas de résultat positif, le test ne doit pas être nécessairement confirmé par un test RT-PCR.

Attention, pour les patients à risque de développer une forme grave de la maladie (patients de plus de 65 ans ou présentant au moins un facteur de risque), la HAS préconise de confirmer par RT-PCR les résultats négatifs obtenus par test antigénique. L’enjeu est de s’assurer de ne pas rater de cas d’infection chez ces patients. En outre, la HAS recommande que ces personnes consultent un médecin dès l’apparition des symptômes afin de mettre en place une surveillance renforcée et une prise en charge optimale.
Pour retrouver la liste des personnes à risques de développer une forme grave de COVID-19 : cliquer ici (pages 5 et 6).

Dans ses recommandations du 8 octobre, la HAS ne recommande pas l’utilisation de tests antigéniques en dépistage de sujets asymptomatiques, que ce soit chez les cas contacts ou en dépistage dans la population générale.

Autre situation d’utilisation

La HAS reconnait l’intérêt de l’utilisation des tests antigéniques dans le cadre d’opérations de dépistage à large échelle ciblant des populations au sein desquelles le risque d’infection est plus important qu’en population générale. Cela peut recouvrir des populations qui vivent, étudient ou travaillent dans des lieux confinés (universités, abattoirs… ). L’objectif est de débusquer les clusters.

Pour en savoir plus sur les tests antigéniques

Depuis le 17 octobre 2020, il est précisé que les tests antigéniques autorisés sont limités aux dispositifs avec un marquage CE et dont les performances répondent aux critères de la HAS.
15 tests antigéniques sont actuellement répertoriés sur le site du ministère de la Santé à l’attention des professionnels. Pour accéder à la liste : cliquer ici.

Un test antigénique permet de détecter les protéines que produit le virus : les antigènes. Il cherche à déterminer si la personne est infectée au moment du test. La personne réalisant ce test doit être informée qu’il est destiné à une simple orientation diagnostique qui ne remplace pas un diagnostic établi à partir d’un test RT-PCR permettant de déterminer la présence du génome du SARS-CoV-2. Comme le test RT-PCR, il consiste en un prélèvement par voie nasale avec un écouvillon.

 

La HAS poursuit sa veille sur les tests et les modalités de prélèvement disponibles ou en développement dans la détection du SARS-CoV-2. Elle actualisera ses travaux dès que des données nouvelles seront accessibles.

 

Sources, consultées le 02 novembre 2011 :

https://www.has-sante.fr/jcms/p_3212125/fr/covid-19-la-has-positionne-les-tests-antigeniques-dans-trois-situations

https://www.has-sante.fr/upload/docs/application/pdf/2020-10/synthese_tests_antigeniques_vd.pdf