régional Santé publique

Enquêtes IIRSO 2017 : des premiers résultats disponibles !


par URPS Chirurgiens-dentistes Nouvelle aquitaine -

IIRSOSuite à la création de l’Institut Inter-Régions de la Santé Orale (IIRSO) en 2017 à l’initiative de plusieurs URPS Chirurgiens-dentistes, des travaux ont été initiés et parmi lesquels une enquête « GRAND PUBLIC ».
Cette étude a été réalisée en novembre 2017 avec pour objectif de documenter les comportements et les perceptions des adultes (18-74 ans) sur la santé orale.
A travers plus de 900 entretiens, les résultats obtenus en Nouvelle Aquitaine peuvent interpeller… Premier constat : les critères habituels de non-accessibilité aux soins buccodentaires sont remis en cause.

Un manque de besoins ressenti, principale raison de non-recours

Parmi les 16% d’adultes qui n’ont pas consulté un chirurgien-dentiste depuis deux ans, la principale raison est de loin le manque ressenti de besoins ou de douleurs (43.1%). Certes, les coûts afférents aux soins impactent logiquement la décision d’avoir recours à un chirurgien-dentiste (29%). Néanmoins, ramenée à la population générale de l’étude, cette situation est citée par 4.7% de la totalité des personnes interrogées.

Un recours aux soins buccodentaires homogène sur les territoires

Parmi les adultes ayant consulté un chirurgien-dentiste au cours des deux dernières années, la localisation géographique par département ou par zonage n’influence pas le nombre de visites par patient (étendu entre 2.4 et 4.4 par an).

De façon générale, les chirurgiens-dentistes répondent aux demandes de rendez-vous. En effet, pour les personnes n’ayant pas consulté un praticien depuis deux ans, les réponses  « le chirurgien-dentiste n’a pas pu donner un rendez-vous qui convienne » (1.4%),  « refus du chirurgien-dentiste de donner un rendez-vous » (1.4%), ou encore « Horaires d’ouverture ne convenant pas » (0.7%) sont à l’échelle de la Région exceptionnels.
En particulier, cette enquête met en évidence que le zonage n’impacte pas le non-recours aux soins. Outre un taux de réponse très faible pour l’item « Distance trop importante du cabinet » (1.4%, soit 0.2% de la population générale), les catégories « zone dotée », « zone intermédiaire » et « zone sous dotée » ne présentent pas entre elles des différences significatives.

D’autres résultats, s’intéressant à la perception et à la satisfaction vis-à-vis de la qualité des soins dentaires, seront développés dans un prochain article.